Qui suis-je?

 

Je m'appelle Michel Kotenkoff, basé sur Chemillé-en-Anjou, 49 Maine-et-Loire / Pays-de-la-Loire.

 

Actuellement,

Je propose des ateliers ou stages sur les plantes sauvages comestibles, allant de 2h à une ou 2 journées.  J’ai envie d'emmener les participants à aller plus en profondeur dans leur apprentissage, qu’ils intègrent l’expérience, les savoirs et ressortent avec de réelles compétences.

Aujourd'hui, j'utilise la botanique pour identifier et transmettre, je base mes stages / ateliers par une approche sensorielle et participative.

J'ai foi au pouvoir des plantes, au bien être que le processus procure. Le partager est un délice. Je vous invite à venir essayer!

J’adore animer, créer des espace de communication, d’échange. Les participants sont acteur de leurs apprentissages.

 

Mon cheminement

En 2019, La nature m’appelle ! Reconversion professionnelle, après plusieurs années en animation cirque. En soif d’apprentissages, je me lance dans la formation du cueilleur du Chemin de la Nature. Je sors beaucoup et mets en application directement les apprentissages. Rapidement, j’organise des balades sur les plantes sauvages comestibles transmettant progressivement mes acquis. Je crée ensuite ma micro-entreprise.

 

En recherche de plus de terrain et de transmission directe (moins d'écran), je participe à des stages présentiels,

 

FORMATION

- MOOC botanique de Tela Botanica 1 et 2
- Formation en ligne ; Champignons, le Chemin de la Nature 2022
- Formation Accueil Paysan : découverte des plantes sauvages et de leurs usages au fil des saisons, 4 journées en 2020-2021 avec Marie Cloteau Girard, éthnobotaniste.
- Formation en ligne du cueilleur, le Chemin de la Nature : 2019-2020
- Participation à plusieurs balades botaniques (les Cueilleuses de Paysages, Eco-formation du
Pays de la Loire, ONF à la Forêt de Chandelais, Chistophe Bichon,...)
- Participation à La Tribu du Vivant, 25-29 juin 2020, séjour de reconnexion à la nature et
hypnose en famille
- Titulaire du BPJEPS activités du cirque (autre domaine que les plantes sauvages, mais formé
en diverses approches pédagogiques)

 

Mes objectifs:

🌿 Participer à une prise de conscience générales

🌿 Permettre aux participants de s'outiller pour prendre soin d'eux

🌿 Apprendre à apprendre, amener à comprendre, transmettre où chercher les infos, s'approprier les outils (certains ouvrages, loupe, outils numériques)

🌿 Du concret pour intégrer et apprendre par l'expérience, et les sens

🌿 Du chemin à l'assiette. L'expérience cuisine

 

Ce qui m’anime ?

Voir les gens s’émerveiller en regardant avec la loupe, l’expression de leur visage quand ils goûtent les plantes.

J’aime manger des plantes atypiques, comme celles qui piquent, des cirses, picris, laiteron rude, jeunes pousses de fragonnette...

Je m’émerveille de rencontrer ces plantes toxiques, la grande ciguë, la datura, fusain, l’arum...

J’aime la botanique, la capacité de l’être humain à nommer avec un langage spécifique.

J’aime manger des plantes dont une partie est comestible à un moment donné et dont d’autres parties sont toxiques, l’arille de l’if, les jeunes pousses de tamier, de bryone dioïque...

J’aime la périodicité des saisons, des plantes, profitant des particularités de chaque saisons. L’ail des ours, asperge des bois, respounchous,...

 

J’aime recevoir, apprendre des autres. Transmettre.

J’aime créer un lien dans le temps avec les plantes. Par exemple, Le cerfeuil des bois, Anthriscus sylvestris m’attire particulièrement. Sans doute parce qu’il est dit délicieux et que dans la famille des APIACEAE, il y a de merveilleuses comestibles et des plantes mortelles.

Donc, je m’outille pour identifier. Je lis, regarde des vidéos, compare les images. Passe voir l’évolution de la plante. Passionnant et frustrant ! Même sachant l’identifier, je n’ose pas en manger.

Puis je parle avec Brigitte, qui organise aussi des balades. Elle me parle de son enfance, À quel point elle apprécie cette plante, etc. Quelque chose en moi se débloque. Le printemps suivant, je me régale des jeunes tiges et ma famille aussi ! Il m’a fallu plus d’un an pour apprivoiser cette plante, tisser un lien. Depuis, j’ai débloqué des amis qui la mangent aujourd’hui. Ou lors d’ateliers.

J’aime quand ma famille mange des plantes sauvages, mes filles mangent du riz de laiteron maraîcher, des pestos sauvages. J’aime mélanger les ingrédients, m’imaginant faire une recette millénaire, vin de pissenlit, lactofermenté de prunelles, champagne des fées...

J’aime passer des heures dans la nature, avec mon panier et mon couteau. Glanant de ci-delà des jeunes pousses. Je m’y sens bien. Réalisé. Chez moi. J’aime ces coins délaissés, voir les plantes en liberté, les coins difficiles d’accès ou je peux me ressourcer en toute tranquillité.

J’ai beaucoup de gratitude pour cette nature ce qu’elle m’apporte.